L'île Mythique

Hanaka
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?

Aller en bas 
AuteurMessage
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 12:01

Je t’aime…

Tomber amoureux soit… rien de bien extraordinaire. Seulement quand vous aimez une personne qui pense que vous ne valez rien, parce que vous êtes un mec, d’un coup c’est un peu étrange.
Je suis tombé amoureux d’une féministe. Elle qui est considérée comme une personne de dure et froide, elle qui déteste les garçons et elle qui ne veut pas entendre parler de l’amour.
J’en suis tombé fou amoureux dès que je l’ai vu. N’es ce pas étrange ? d’habitude c’est le genre de filles que je ne peut pas voir, ni même approcher. Pour ma part je trouve leur comportement puéril, mais cet fois, je ne me l’explique pas, je ne veut plus faire attention à ce petit détail.
Je souhaite simplement lui dire sans fin, se que je ressent pour elle. La regarder à chaque instant, à la limite de devenir aveugle. Aveuglé par sa force de caractère, par sa beauté, par son intelligence, je ne veux plus voir le pour et le contre. Je souhaite juste être avec elle.
Etre avec une féministe, aucune chance me direz-vous.
Pourtant c’est faux, je suis sorti avec elle. Elle me rendait heureux, même si je ne faisais rien paraître. C’était là mon erreur. Je ne lui ai jamais dis se que je ressentais réellement pour elle. Pourquoi es ce que nous ne pouvons pas voir se que nous ressentons les uns par rapport aux autres. Elle aurait pu lire dans mon cœur des lettres en argent qui écrivaient et qui écrivent encore son prénom, elle aurait pu voir que mon sang n’était pas rouge mais orangé comme la sève des arbres, un arbre qui serait comme ces cerisiers japonais. Ces arbres qui représente la joie, la beauté, la noblesse, l’amour et la mélancolie. C’était ce que je ressentais à chaque fois qu’elle était auprès de moi.
Quand je la voyais, mes yeux devenaient troubles, ma peau paraissait lisse et rugueuse, mes membres semblaient onduler, devenir flasques. Quand ma main prenait la sienne, même si c’était rare, je ressentais la chaleur de son corps. J’adorais cette sensation. Ressentir sa peau sur la mienne, j’aurais juré que sa peau était aussi lisse qu’une pétale de rose. Celle d’une fleur me parait même plus rugueuse que sa peau. Comme le serpent que je suis, je ressentais chaque millimètre de perfection de sa peau douce.
Quand nos lèvres fusionnaient, même en l’espace de quelque secondes, je me sentais quitter se monde de tristesse, je quittais mes responsabilités pour me dirigé vers le chemin de la liberté. Mon corps ne voulant faire qu’un avec elle, je ne pouvais rester indiffèrent à toute ces sensations. Je voulais étendre mes ailes et comme elle les déployer pour l’entourer et nous cacher comme deux amants, comme deux enfants qui partageraient leur premier baiser.
La timidité me poussa à rester distant, cette distance me sembla être un faussé, je n’étais pas totalement présent pour toi. J’étais si prêt de toi et pourtant je restais dans l’ombre. Cette ombre me fis tomber dans les ténèbres de mon être. Je voulais tant sortir pour toi. Je voulais marcher à tes côtés, mais mon passé me causa bien des soucis. Ca aussi j’aurais aimé que tu le lise avant que tu ne me quitte.
Tu me quitta juste après les vacances, juste un peu après la saint Valentin. Comment ai-je pu être aussi naïf, pour croire que tu saurais suffisamment heureuse avec moi ?
L’amour que je te portais ne se voyais pas assez, pour que tu me porte dans ton cœur.
Je n’ai jamais su pourquoi tu m’as quitté et je pense que jamais tu ne me le diras. Pourtant j’aimerais te l’entendre dire. Je me souviens que la seule chose que tu es consenti à me dire, c’est que l’on reste ami. Comment, comment mon amour pourrais-je resté indiffèrent à ton regard ? m’as-tu déjà oublié. N’aurais-tu jamais ressenti se que j’ai éprouver pour toi ?

Je sais que beaucoup de chose nous sépare.
Je ne peut que faire des hypothèses sur ton départ. Tu as ton opinion sur les hommes et étant avec moi, tu as eu peur de ne pouvoir t’exprimer normalement, pourtant mon ange, jamais je ne toucherais tes ailes. Jamais j’aurais osé bafouer ton honneur et ta dignité de femme.
Il y a une autre supposition à ton départ, mais j’espère me trompé sur cette idée. Pardonne moi c’est indigne de moi de penser une telle chose, mais je ne peux m’empêcher de l’écrire. Nous venons tout deux de monde diffèrent, après tout tu es asiatique et moi occidentaux. Parfois, les parents s’opposent à se genre d’union et ne voulant les décevoir, nous devons respecté la décision familial ou alors, on a peur d’embarquer l’autre dans un univers qu’il ne pourrait comprendre et dont il renierait l’existence. Pourtant ma fleur de Lys, je t’assure que je connaissais se monde, que depuis mon plus jeune âge, j’y étais plongé tel qu’Achille.
Et je m’efforce de respecté les principes du confusionnisme.
Vois tu je ne suis pas si diffèrent que toi, mon orchidée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 12:04

après trois hsitoires, j'ai décidé de commencé mon ouvrage ainsi. hé oui, j'ai recommencé, encore et encore, finallement. c'est mieux ainsi ^^
alors je tiens à m'excuser pour les fautes, je n'ai pas du tout corrigé (je viens à peine de terminer), et si c'est pas clair pour certains passage ne vous inquiété pas, il y aura des notes.

s'il vous plais: dite moi se que vous en pensez.
se qui peut être amélioré, ...

merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Satanas
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 27
Localisation : Dans mon esprits!
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 17:06

Gloups apres metrte retaper toute la relecture des chapitres, des classement , des bidules et truck de luen....plsu envie de lire!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheth.forumactif.com/
Luen
Admin
Admin


Nombre de messages : 158
Age : 31
Localisation : Est-ce un endroit réel ou un rêve...?
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 17:11

lol!


J'accapare les gens à ce point ? afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://luen.virtuaboard.com
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 18:37

vous forcez pas à lire tout de suite lol!
j'ai besoin d'un avis objectif, qu'es ce que je fais si vous faite une indigestion ?? j'appel le 18 ?? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Luen
Admin
Admin


Nombre de messages : 158
Age : 31
Localisation : Est-ce un endroit réel ou un rêve...?
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 18:42

Trop tard j'ai lu XD !


Bon je n'ai pas fait une indigestion. Et a part quelques fautes, je dirais que c'est très beau et poétique...

Tu écrit bien, continue comme ça flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://luen.virtuaboard.com
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 1 Oct - 21:26

erf je sais qu'il y a des fautes, mais je n'ai pas trop le temps de corriger ^^
donne moi quelque jours et je m'y plongerai davantage. là je dois travailler mon Latin.

merci pour l'encouragement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Boreal
Nouveau fan
Nouveau fan
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : In heaven or maybe in hell.....
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Sam 7 Oct - 23:51

Avant d'aller plus loin juste deux petites remarques:
-"Jamais j’aurais osé bafouer ton honneur et ta dignité de femme."
Met jamais je n'aurais ose...Ca sera plus en accord avec le style du reste du recit...
-"Comment ai-je pu être aussi naïf, pour croire que tu saurais suffisamment heureuse avec moi ?"
C'est surement que tu serais heureuse avec moi.....

Bon voila ces deux remarques passees et bien que pourrais je dire a part: LA SUITE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Mon dieu que ton style est beau et rafine...On dirais presque de la poesie tant chaque mot est porteur d'un sens merveilleux et image...Tout s'accorde, tout est en harmonie...
Enfin bref continues comme ca car tu as trouve en ma personne un de tes plus grands fans....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 8 Oct - 18:55

et la suite est prête faut que je modifie les qql petits détails et je publie. ^^ merci de l'encouragement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Dim 8 Oct - 19:05

Je t’aime…

Tomber amoureux soit… rien de bien extraordinaire. Seulement quand vous aimez une personne qui pense que vous ne valez rien, parce que vous êtes un mec, d’un coup c’est un peu étrange.
Je suis tombé amoureux d’une féministe. Elle qui est considérée comme une personne de dure et froide, elle qui déteste les garçons et elle qui ne veut pas entendre parler de l’amour.
J’en suis tombé fou amoureux dès que je l’ai vu. N’es ce pas étrange ? d’habitude c’est le genre de filles que je ne peut pas voir, ni même approcher. Pour ma part je trouve leur comportement puéril, mais cet fois, je ne me l’explique pas, je ne veut plus faire attention à ce petit détail.
Je souhaite simplement lui dire sans fin, se que je ressent pour elle. La regarder à chaque instant, à la limite de devenir aveugle. Aveuglé par sa force de caractère, par sa beauté, par son intelligence, je ne veux plus voir le pour et le contre. Je souhaite juste être avec elle.
Etre avec une féministe, aucune chance me direz-vous.
Pourtant c’est faux, je suis sorti avec elle. Elle me rendait heureux, même si je ne faisais rien paraître. C’était là mon erreur. Je ne lui ai jamais dis se que je ressentais réellement pour elle. Pourquoi es ce que nous ne pouvons pas voir se que nous ressentons les uns par rapport aux autres. Elle aurait pu lire dans mon cœur des lettres en argent qui écrivaient et qui écrivent encore son prénom, elle aurait pu voir que mon sang n’était pas rouge mais orangé comme la sève des arbres, un arbre qui serait comme ces cerisiers japonais. Ces arbres qui représente la joie, la beauté, la noblesse, l’amour et la mélancolie. C’était ce que je ressentais à chaque fois qu’elle était auprès de moi.
Quand je la voyais, mes yeux devenaient troubles, ma peau paraissait lisse et rugueuse, mes membres semblaient onduler, devenir flasques. Quand ma main prenait la sienne, même si c’était rare, je ressentais la chaleur de son corps. J’adorais cette sensation. Ressentir sa peau sur la mienne, j’aurais juré que sa peau était aussi lisse qu’une pétale de rose. Celle d’une fleur me parait même plus rugueuse que sa peau. Comme le serpent que je suis, je ressentais chaque millimètre de perfection de sa peau douce.
Quand nos lèvres fusionnaient, même en l’espace de quelque secondes, je me sentais quitter se monde de tristesse, je quittais mes responsabilités pour me dirigé vers le chemin de la liberté. Mon corps ne voulant faire qu’un avec elle, je ne pouvais rester indiffèrent à toute ces sensations. Je voulais étendre mes ailes et comme elle les déployer pour l’entourer et nous cacher comme deux amants, comme deux enfants qui partageraient leur premier baiser.
La timidité me poussa à rester distant, cette distance me sembla être un faussé, je n’étais pas totalement présent pour toi. J’étais si prêt de toi et pourtant je restais dans l’ombre. Cette ombre me fis tomber dans les ténèbres de mon être. Je voulais tant sortir pour toi. Je voulais marcher à tes côtés, mais mon passé me causa bien des soucis. Ca aussi j’aurais aimé que tu le lise avant que tu ne me quitte.
Tu me quitta juste après les vacances, juste un peu après la saint Valentin. Comment ai-je pu être aussi naïf, pour croire que tu serais suffisamment heureuse avec moi ?
L’amour que je te portais ne se voyais pas assez, pour que tu me porte dans ton cœur.
Je n’ai jamais su pourquoi tu m’as quitté et je pense que jamais tu ne me le diras. Pourtant j’aimerais te l’entendre dire. Je me souviens que la seule chose que tu es consenti à me dire, c’est que l’on reste ami. Comment, comment mon amour pourrais-je resté indiffèrent à ton regard ? m’as-tu déjà oublié. N’aurais-tu jamais ressenti se que j’ai éprouver pour toi ?

Je sais que beaucoup de chose nous sépare.
Je ne peut que faire des hypothèses sur ton départ. Tu as ton opinion sur les hommes et étant avec moi, tu as eu peur de ne pouvoir t’exprimer normalement, pourtant mon ange, jamais je ne toucherais tes ailes. Jamais je n’aurais osé bafouer ton honneur et ta dignité de femme.
Il y a une autre supposition à ton départ, mais j’espère me tromper sur cette idée. Pardonne moi c’est indigne de moi de penser une telle chose, mais je ne peux m’empêcher de l’écrire. Nous venons tout deux de monde diffèrent, après tout tu es asiatique et moi occidentaux. Parfois, les parents s’opposent à se genre d’union et ne voulant les décevoir, nous devons respecté la décision familial ou alors, on a peur d’embarquer l’autre dans un univers qu’il ne pourrait comprendre et dont il renierait l’existence. Pourtant ma fleur de Lys, je t’assure que je connaissais se monde, que depuis mon plus jeune âge, j’y étais plongé tel Achille.
Et je m’efforce de respecté les principes du confusionnisme.
Vois tu je ne suis pas si diffèrent que toi, mon orchidée…m’aimerais tu encore…

…un peu.

pourrais-je avoir encore une petite place dans ton cœur si noble. M’as-tu complètement oublié. Je ne crois pas, pourtant je te vois détournant ton regard. Et si se n’est pas toi c’est moi. Je te regarde et tu détourne les yeux, suis-je si repoussant ? as-tu peur que ton cœur s’enflamme tel un feu de brousse ? Tu me regarde et je détourne les yeux. Mais pas pour ces hypothèses que je viens de citer. Car je suis un grand romantique, surtout quand je dois parler de mon amour pour toi. Je m’imagine beaucoup choses, d’évènements… je détourne le regard, car moi, j’ai peur. Peur quand j’étant un ultime regard, je ne succombe à un amour impossible. Que je reste à jamais prisonnier par mon propre amour à ton égard.
Alors mon opium rouge, je me console comme je le peux, en me disant que seul tu es redevenu libre, que l’ange que tu étais à retrouvé ces plumes et étendu tes larges ailes pour t’évader tel Icare voulant atteindre le soleil. Ho ma nymphe prend garde de ne pas trop t’approcher du soleil ou comme Icare tu tomberas, mais si cela advenait à se produire alors sache que je tendrais les bras pour te rattraper dans ta chute.
Mais même si mes larmes et mes lamentations ne t’atteigne pas, je continu à respecter cette promesse qui m’a séparé de toi, d’une certaine façon…
Trouverais-je un jours Ariane ? celle qui pourra me donner un fil et qui me sortira de ce labyrinthe, mais cet fois ci je n’affronte pas un monstre, bien que j’aurais préféré, comme le Minotaure, doté d’une force physique, d’une musculature tel que l’étaient tout les Titans de l’Antiquité, non j’affronte un adversaire davantage plus puissant et supérieur en nombre. Oui, j’affronte pour toi, la déesse Vénus qui par ces charmes m’éblouis à chaque fois que tu es prêt de moi et Apollon qui munit de ces flèches, me harcèle, me pousse à rompre ce vœux funeste.
Ho, combien de fois aurais-je donner ma vie et expirer mon dernier souffle de vie, pour un seul de tes baisers, une seul de tes caresses dans le creux de ma main ?
Aurais-je perdu la raison pour parler de toi ainsi ? je pense que la raison ma quitté, lorsque je t’ai vu pour la première fois. Pour un seul instant avec toi, je voulais l’oublier, la laisser de côté, la terrasser.
J’étais prêt à accomplir tout les travaux qu’il fallait pour toi. Combattre chaque obstacles de la vie, être cruel avec moi-même s’il il le fallait pour retourner ne serait se qu’un moment, le merveilleux temps de nos rencontres, pour t’avouer mes sentiments et t’ouvrir mon cœur. Pour ne laisser aucunes ellipses, aucun sous entendu de mon amour à ton égard et pour voir tes lèvres me dirent que tu ressens la même chose.
Alors mon opium bleu, je souffre de ton absence même si dois te laisser tranquille et me battre contre ces dieux antiques qui me pousse à agir contre mon grés. Je dois oublier se que je ressens et mettre de côté tout mes sentiments qui me lie toujours à toi. Jamais ma fleur de pavot, ni toi, ni la mandragore, ni tous les narcotiques du monde ne me rendront jamais ce doux sommeil que j’éprouvais avant de t’avoir aimé. Même si tu m’allonge l’illimité, approfondit le temps et creuse la volupté, tu remplit mon âme au-delà de sa capacité. Ainsi ton regard, ta présence, ton parfum me deviennent empoisonner. Tu favorise sa venu, je t’en pris, pardonne moi, je dois m’éloigner ou mourir. Je hais cette situation, je tiens encore à toi…

…Beaucoup, …

plus que tu ne le pense.



(bon j'ai pris la correction de Boreal, mais je n'ai toujours pas corrigé les fautes dsl pas le temps Sad , alors si il y a une phrase tordu, signalé le moi, merci)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Boreal
Nouveau fan
Nouveau fan
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : In heaven or maybe in hell.....
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Lun 9 Oct - 13:00

Ben comme d'hab c'est excellent....Et comme d'hab je demande la suite....Tu es un bon Jin, continues comme ca.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Mer 1 Nov - 20:28

bon ben là je travail sur les petites allusions, puis je m'attaquerais à la suite.
il faut vous dire que l'histoire, "je t'aime, un peu, beaucoup et toi ?" n'est qu'une histoire parmis tant d'autre, le nom de l'oeuvre est "Ma vie sous la forme d'un commentaire littéraire"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Boreal
Nouveau fan
Nouveau fan
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : In heaven or maybe in hell.....
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Ven 3 Nov - 0:25

Et ben franchement je ne demande qu'a lire car ce recit est tout simplement magnifique....
J'aimerais pouvoir ecrire comme ca....
Bon en meme temps ca serait plutot inapproprie a mon type de recit...T'as du talent Jin ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Ven 3 Nov - 17:53

*rougi* .... merci ^^
bon il faut savoir que c'est seulement se texte. après je vais varié l'écriture, là sa mélange mélancolie et poésie.
au faite je sais pas si vous avez reconnu des auteurs:
Ovide "les Métamorphoses", Racine "Phédre" (pour la suite allez sur my site), Baudelaire (pour une citation). ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Luen
Admin
Admin


Nombre de messages : 158
Age : 31
Localisation : Est-ce un endroit réel ou un rêve...?
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Ven 3 Nov - 22:42

Sincèrement j'aime ton style d'écriture...

Mais pas le thème :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://luen.virtuaboard.com
jinwoo
Admirateur
Admirateur
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 29
Localisation : dans un patelin pommé que même la France ne sais pas qu'il existe.
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   Ven 3 Nov - 22:51

c'est pour ça que le thème va varrier selon le type d'histoire ^_-
ainsi tout le monde sera heureux, enfin c'est autobiographique donc voilà.
mais certaines histoires seront plus plaisantes à lire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coreedusud3.ifrance.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je t'aime, un peu, beaucoup ... et toi ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» artistes, illustrateur(trices) , peintres qu'on aime
» Souffleur-alcolique lvl 17 n'aime pas l'alcool )-:
» [RP] La vie est dure, quand on est maire et qu'on aime l'alcool ...
» Faust, l'homme qui aime le feu.
» Quand Murdoc n'aime pas quelqu'un...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île Mythique :: Essais :: Vos écrits-
Sauter vers: